Première partie -:- La construction de l’hypothèse polyédrique
Les solides de Platon sont la référence de Kepler, quand il invente la Physique moderne.
 Web Astrologie   Chapitre II - Les Solides de Platon
le dodécaèdre animé de wikipedia
Le Dodécaèdre - L'un des cinq solides de Platon
Il est composé de 12 faces pentagonales égales et régulières


kepler  Johannes Kepler imagine alors, puisque nous sommes dans l’espace, une combinaison géométrique de polyèdres réguliers, dits solides de Platon, imbriqués à la manière des poupées russes. Les propositions du même type sur un plan unique, enchaînant des figures élémentaires (triangle, carré, pentagone etc), dans des cercles ne marchent pas. Il fallait trouver autre chose. En trois dimensions, si l'on retient les cercles des sphères inscrite et circonscrite des solides, le résultat est beaucoup moins approximatif. Chaque figure fait passer d’une sphère intérieure (inscrite) à la suivante (circonscrite). Kepler doit alors associer chaque couple planétaire à un solide particulier : sa méthode sera néo-gnostique, symboliste.

•    Tableau des cinq Solides de Platon



Hexaèdre ou cube, Solide de Platon Hexaèdre ou Cube
6 faces carrées


TERRE
Signes de Terre
Capricorne


Saturne
Inscrite/circonscrite


= 1/√3

Soit
577/1000
Tétraèdre, Solide de Platon Tétraèdre
4 faces triangulaires


FEU
Signes de Feu
Sagittaire
Bélier


Jupiter
Mars
Inscrite/circonscrite


= 1/3

Soit
333/1000
Octaèdre, Solide de Platon Octaèdre
8 faces triangulaires


AIR
Signes d'Air
Gémeaux
Balance


Mercure
Vénus
Inscrite/circonscrite


= 1/√3

Soit
577/1000
Icosaèdre, Solide de Platon Icosaèdre
20 faces triangulaires


EAU
Terre-Vénus

Phi :
polarité féminine
(eau)
Inscrite/circonscrite


= √[ (4 φ+3)/15)]

Soit 794/1000

Phi = Nombre d'Or
noté φ ≈ 1,618
Dodécaèdre, Solide de Platon Dodécaèdre
12 faces pentagonales
Terre-Mars


Phi :
polarité masculine
(feu)
Inscrite/circonscrite


= √[ (4 φ+3)/15)]

Soit 794/1000

Phi = Nombre d'Or
noté φ ≈ 1,618
Solide Nom Astrologie Rapport des Sphères



kepler  Kepler explique son cheminement dans le Mysterium Cosmographicum : « On apprend ainsi qu’il faut distinguer, parmi les cinq polyèdres réguliers, le cube, le tétraèdre et le dodécaèdre d’une part, l’icosaèdre et l’octaèdre d’autre part. Les premiers sont dits primaires, parce qu’ils sont construits à l’aide de polygones différents, carré, triangle et pentagone, et comportent un nombre minimum de faces. En revanche, les deux derniers sont secondaires et de même famille que le tétraèdre, puisque composés comme lui de triangles équilatéraux. Il est naturel que l’orbe de la Terre soit placé entre les uns et les autres, séparant ainsi deux régions différentes du Monde. » (Gérard Simon, op. cité).



© Christophe de Cène - Tous droits réservés.

Page suivante
   SUITE